11 Fév 2019

Pavage montreal est la base qui constitue le plancher d’une construction ou d’une surface non naturelle. Cela fonctionne comme nourriture pour les êtres vivants et les choses. C’est un ensemble de couches de matériaux sélectionnés qui reçoivent directement les charges de trafic et les transmettent aux couches inférieures sous forme dissipée, fournissant ainsi une surface d’appui.

Pour un bon fonctionnement du pavage montreal, celui-ci doit présenter de bonnes conditions de largeur, de ligne horizontale et de fissures, en plus d’une adhérence adéquate entre le véhicule et la chaussée, même par temps de pluie.

L’essentiel est de présenter une résistance suffisante aux efforts destructeurs de la circulation, des intempéries et de l’eau. Il doit également avoir une visibilité suffisante et un paysage agréable pour ne pas causer de fatigue.

Au-delà de la quantité d’œuvres développées, l’importance de chacune d’elles est la qualité des matériaux utilisés, au fur et à mesure que la chaussée diminue avec la profondeur. La capacité de charge des couches supérieures doit être la meilleure, alors que celle des chemins de terre peut être de moins bonne qualité car il s’agit d’un matériau très courant.

Bien que l’on parle beaucoup du pavage de Montréal, on ne distingue que deux zones, mais il existe des chaussées rigides, composées de dalles de béton hydraulique présentant parfois de l’acier armé. Son coût initial est le plus élevé et sa durée de vie est comprise entre 20 et 40 ans.

Il existe également un revêtement flexible, il est plus économique que le modèle rigide en ce qui concerne sa construction initiale, bien sûr, sa durée de vie est inférieure, il varie entre 10 et 15 ans, de sorte qu’il nécessite un entretien constant pour atteindre toute sa durée de vie utile.

Cependant, le rigide n’a besoin que d’un minimum d’entretien dans les joints des dalles. Sur le flexible peut être ajouté qu’il est composé d’un dossier en asphalte, la base et la sous base, pour le posséder.

À Montréal, le pavage est appelé «saleté» à l’ensemble des ouvrages composés de coupes et de digues, constitués principalement par le sol de fondation et le corps du remblai, constitués de matériaux non sélectionnés, qui constitueraient la sous-structure du pavé.

Par exemple, lors de la construction d’une route de transport en commun quotidienne moyenne de plus de cinq mille voitures par an, il est nécessaire de construire sous la couche de fondation une couche appelée couche sous-jacente, qui doit avoir une épaisseur de 50 cm.